4-Raisons éthiques

Bookmark and Share

Le Seigneur Lui-même a montré l'exemple

“Même si nous ne pouvons jamais espérer que tous les êtres humains optent pour une nourriture végétarienne, personne n’aurait pour autant le droit de manger de la viande. Une injustice reste une injustice, même si tout le monde la commet”. Magnus Schwantje (1877-1959), un des grands pionniers du végétarisme et de la protection des animaux, forgea en 1902 l’expression: “Respecter la vie”.

Jusqu’ici, nous n’avons traité que les aspects touchant les domaines de la santé, de l’économie et de l’écologie. La prochaine question est plus profonde. Avons- nous – sans tenir compte des conséquences – le droit de tuer des animaux? Cette question nous amène dans le domaine de l’éthique, une science qui n’examine pas seulement les aspects de la matière morte mais enquête sur les raisons de notre vie.

A notre époque du progrès technique, l’éthique est démodée et n’est plus enseignée dans nos écoles et universités. Sans éthique, recherche sur la raison et la valeur d’un acte, toute notre science devient absurde et sans valeur. L’éthique doit servir de base à toute ambition scientifique. Le mot grec ethos veut dire: esprit, morale et mode de vie, qui proviennent de la responsabilité envers la création. Il n’est donc que logique que les représentants de l’éthique se soient, de tout temps, penchés sur les aspects du végétarisme.

Le mot végétarien, forgé par les fondateurs de la société britannique des végétariens, a ses racines dans le mot latin vegetus, ce qui veut dire “indemne, en bonne santé, frais ou vigoureux” (l’expression homo vegetus désignait chez les romains une personne “saine de corps et d’esprit”). La signification primitive du mot indique donc une attitude philosophique et morale qui englobe d’avantage qu’une nourriture à base de fruits et de légumes.

La plupart des végétariens sont des êtres humains qui ont compris que nous devons essayer de maîtriser la violence de notre propre comportement pour pouvoir contribuer à une société plus juste et plus paisible. Ils ont compris que le fait de consommer de la viande englobe des actes de violence intolérables envers d’autres êtres vivants.

De très nombreuses personnes deviendraient probablement instantanément végétariennes si elles devaient regarder les animaux convulsionnés, torturés et gueulants ousi elles devaient tuer elles-mêmes les animaux qu’elles mangent. Cela ouvrirait probablement très grand le cœur et les yeux d’un nombre élevé de personnes qui se nourrissent de viande.

“J’aime quand même”

Les articles précédents ont démontré que la nourriture à base de viande n’est ni nécessaire ni saine pour l’homme et qu’elle ne se justifie pas d’un point de vue économique. Manger de la viande rend l’être humain malade, insensible et irresponsable envers l’homme, l’animal et la nature. Il ne reste donc que l’argument égoïste qui se débarrasse de toute conscience intérieure et profonde, démuni de tout bon sens: “Peu importe – moi j’aime quand même!”

De quel droit exploitons et tuons-nous d’autres êtres vivants? Pour manger de la viande sous le seul prétexte que nous l’apprécions et que nous en avons envie?

Ne pourrait-on pas alors, si c’est aussi simple, justifier tout acte de violence? Est-ce qu’un seul tribunal au monde accepterait une telle déclaration pour un meurtre ou un viol? La douleur provoquée par la renonciation à manger de la viande est-elle plus grande que la douleur des animaux qui meurent pour que je les mange?

Cette question qui relève de l’éthique a été soulevée par la Schweizer Illustrierte dans l’édition du 8.6.1987 en citant l’auteur très connu Volker Elis Pilgrim: “La côtelette apprêtée est disponible dans un rayon tel qu’une boîte, une assiette ou un bouton de culotte. Mais il n’en est rien… Encore hier elle faisait partie d’un tout vivant, respirant et bougeant. Est-ce que je veux le tuer pour avoir ma côtelette? Non, je ne le veux pas. Sérieusement, si nous nous trouvions devant cette alternative, la Suisse ne serait sans doute plus peuplée que par des végétariens. Et nous serions en bonne compagnie avec des poètes et des penseurs de tout temps qui disaient que l’abattage d’animaux était indigne de l’esprit humain.”

Et il existe un grand nombre de ces personnalités! Les végétariens éthiques les plus connus sont, entre autres:

  • Bouddha,

    Le Saktyavesha avatar Buddha prônait ahimsa la non-violence envers tous les êtres

  • Le Dalaï Lama,
  • Zarathoustra,
  • Pythagore,
  • Empédocle,
  • Socrate,
  • Platon,
  • Aristote,
  • Horace,
  • Ovide,
  • Sénèque,
  • Plutarque,
  • Saint François d’Assise,
  • Léonard de Vinci,
  • Isaak Newton,
  • Voltaire,
  • Jean-Jacques Rousseau,
  • Alexander von Humboldt,
  • Léon Tolstoï,
  • Wilheim Busch,
  • Rudolf Steiner,
  • Thomas Alva Edison,
  • Ralph Waldo Emerson,
  • George Bernard Shaw,
  • Rainer Maria Rilke,
  • Richard Wagner,
  • Albert Einstein,
  • Mahatma Gandhi, etc…sans parler des nombreux végétariens de notre époque.

Depuis toujours, il existait des grandes civilisations et personnalités qui accordaient aux animaux le respect qui leur est dû. Alors que nos régions sombraient dans l’existence la plus primitive, fleurissaient des civilisations très développées en Inde selon les écritures sanscrites de l’époque. Surtout dans la Bhagavad-gita, la plus importante de ces oeuvres, il est relevé que l’agriculture, l’échange en produits naturels et la protection des vaches sont les piliers économiques d’une société capable de survivre. D’autre part, la Bhagavad-gita nous révèle que Dieu souhaite une alimentation végétarienne de l’humanité (d’autres détails sur l’enseignement de la Bhagavad-gita sont cités au chapitre 6 et dans l’épilogue).

Même dans la civilisation la plus ancienne d’Europe, la Grèce antique, le végétarisme était un idéal à atteindre. La citation du texte du livre de Platon L’Etat et les noms qui figurent ci-dessus, l’ont suffisamment illustré.

Pythagore (env. 500 avant J-C.), qui connaissait la loi de la réincarnation, disait: “Celui qui tranche la gorge d’un bœuf et reste sourd à ses cris de peur, qui peut égorger de sang-froid le mouton et manger l’oiseau qu’il a nourri de sa propre main – quelle est la distance qui le sépare du crime?”

Et Aristote continuait la pensée: “Dans son accomplissement, l’homme est la créature la plus divine, mais sans morale et justice il est la pire de toutes”.

Comme l’ancienne civilisation grecque, un nombre élevé de grands philosophes romains était végétarien (Horace, Ovide, Plutarque). Plutarque (45-120 après J.-C.) écrivait dans son traité De manger de la viande: “Pouvez-vous vraiment demander pour quelle raison Pythagore s’abstenait de manger de la viande? Moi, pour ma part, je me demande dans quelles conditions et dans quel état d’esprit, l’homme a pu, pour la première fois, se forcer à toucher du sang avec ses lèvres, à porter le cadavre à sa bouche et à orner sa table avec des corps morts et en décomposition, et s’est permis d’appeler ses parties qui beuglaient, hurlaient, marchaient et vivaient un instant auparavant, sa nourriture… Pour leur viande, nous leur volons le soleil, la lumière et la durée de vie qui leur appartiennent depuis la naissance”.
Après, Plutarque provoquait ouvertement ceux qui mangeaient de la viande: “Si vous prétendez que la nature avait prévu cette nourriture pour vous, alors tuez vous-mêmes ce que vous voulez manger – mais avec vos moyens naturels, pas au moyen d’un couteau, d’une masse ou d’une hache”.

Mahaprabhu dans la forêt de Jarikhanda faisait même chanter et danser les animaux avec le maha mantra

Citations de végétariens célèbres

En tout temps, il existait des voix qui rappelaient de manière très forte l’importance d’une nourriture sans viande. Les citations suivantes en témoignent:

Horace (65-8 avant J-C., poète classique de Rome): “Ose être sage! Arrête de tuer des animaux! Celui qui reporte à plus tard une vie juste, ressemble au paysan qui attend que le fleuve tarisse avant de le traverser”.

Léonard de Vinci (1452-1519, génie universel italien): “Il est vrai que l’homme est le roi de tous les animaux car sa cruauté dépasse la leur. Nous vivons de la mort des autres. Nous sommes des cimetières vivants!”. “Très jeune j’ai renoncé à manger de la viande et le temps viendra où les hommes regarderont les meurtriers d’animaux avec les mêmes yeux que les meurtriers d’êtres humains”.

Jean Paul (1763-1825, poète allemand): “Dieu tout-puissant! de combien d’heures de torture des animaux, l’homme façonne une seule minute de festin pour sa langue!”

Alexander von Humboldt (1769-1859, fondateur de la géographie scientifique): “La cruauté envers les animaux ne peut exister ni dans une véritable civilisation ni dans une véritable science. Elle est le vice le plus évident d’un peuple bas et non évolué”.

Ralph Waldo Emerson (1803-1882, écrivain et politicien américain): “Vous venez de déjeuner; et de quelque manière subtile et à combien de kilomètres l’abattoir soit caché – vous êtes complice”.

Thomas Alva Edison (1847-1931, inventeur américain, entre autres de l’ampoule électrique, du tourne-disque et du microphone): “Je suis végétarien et je m’abstiens de boire de l’alcool pour faire meilleur usage de mon cerveau”.

Friedrich Nietzsche (1844-1900, philosophe allemand): “Toute philosophie ancienne était orientée vers la simplicité de la vie et enseignait une certaine frugalité. De cette manière, les quelques philosophes végétariens ont fait plus pour l’humanité que tous les philosophes contemporains et tant que ces derniers n’auront pas le courage d’aspirer à un mode de vie totalement différent et de le rendre évident par leur exemple, ils ne vaudront rien”.

Léon Tolstoï (1828-1910, écrivain russe): “Lorsqu’un homme recherche sérieusement et sincèrement la voie morale, la première chose dont il doit se détourner est la viande… Le végétarisme est un critère auquel nous pouvons reconnaître si l’aspiration à une perfection morale est authentique et sincère».
Wilhelm Busch (1832-1908, écrivain et dessinateur allemand): «Une véritable civilisation humaine ne sera possible que lorsque non seulement la consommation de viande humaine mais toute absorption de viande sera qualifiée de cannibalisme”
.

Emile Zola (1840-1902, écrivain français): “La cause des animaux passe avant le souci de me ridiculiser”.

George Bernard Shaw (1856-1950, dramaturge anglo-irlandais): “Les animaux sont mes amis et je ne mange pas mes amis”.

Sven Hedin (1865-1952, explorateur suédois en Asie): “Je n’ai jamais au le courage d’éteindre une vie tant qu’il me manque le pouvoir de la ranimer”.

Albert Schweitzer (1875-1965, théologien et médecin-missionnaire alsacien, prix Nobel de la paix 1952):
“Je pense que nous qui nous battons pour la défense des animaux, devrions nous abstenir totalement de manger de la viande et parler en faveur du végétarisme”.

Franz Kafka (1883-1924. écrivain tchèque-autrichien): “Maintenant je peux vous observer en paix car je ne vous mange plus.» (lors de l’observation de poissons dans un aquarium”.

Mahatma Gandhi (1869-1948, politicien indien et représentant de la résistance pacifique): “Je crois qu’une évolution spirituelle nous demande à partir d’un certain niveau, d’arrêter de tuer les êtres vivants qui nous entourent pour la simple satisfaction de nos besoins physiques”. “Il est possible de mesurer la grandeur et l’évolution morale d’une nation à la manière dont elle traite les animaux”.

Albert Einstein (1879-1955, physicien allemand-américain, prix Nobel 1921): “Rien que par son influence physique sur le tempérament humain, un mode de vie végétarien aurait une influence très positive sur le destin de l’humanité”.

Isaac Bashevis Singer (1904, écrivain américain, prix Nobel de la littérature en 1978): “Nous sommes tous des créatures de Dieu. Que nous implorions la grâce et la justice de Dieu pendant que nous continuons à manger la viande des animaux qui ont été abattus pour nous, est incompatible». «Je continuerais à me nourrir de manière végétarienne même si le monde entier commençait à manger de la viande. Cela est mon opposition à l’ère atomique, la famine, la cruauté – nous devons lutter contre. Mon premier pas est le végétarisme et je pense que c’est un grand pas”. suite>>>