Appréciations du mouvement Hare Krishna

Bookmark and Share

Rupa et Sanatana Goswami, immenses et incomparables saints vaisnavas et érudits du plus haut calibre

“Le mouvement pour la Conscience de Krishna (ISKCON) a été fondé en 1966, à New-York; il doit être considéré comme une branche du culte bengali de Krishna, lequel a connu un grand essor vers le XVIème siecle. A l’époque, Sri Caitanya enseignait comment vénérer avec amour (bhakti), la Personne Divine Krishna, sans être entravé par toutes les barrières rituelles…Ce point de vue théiste, qui inclut également la nécessité de la clémence divine, est l’enseignement hindou qui se rapproche le plus du christianisme.”

Dr. Joachim Finger, prêtre et théologien ethnologue, Schaffhouse, dans: Jésus en dehors de l’Eglise (Zurich 1989).

“Quand je regarde la multitude des sectes à apparence mystique et les milliers de mouvements pseudo-spirituels, j’éprouve une haute estime pour le Mouvement pour la Conscience de Krishna, qui transmet à l’Occident les vérités fondamentales de la spiritualité indienne ainsi que sa culture originelle.”

Professeur Alfonso di Nola, Département d’Histoire des religions. Université de Naples, Italie.

“Pour quelqu’un qui connaît l’Inde, et surtout pour quelqu’un qui, comme moi est né en Inde, l’apparence des membres du Mouvement Hare Krishna n’a rien d’exceptionnel. Je suis né dans la religion de Krishna et elle est restée mienne. Et le grand Caitanya, qui a marqué la culture spirituelle de l’Inde au moyen-âge, m’est également familier, depuis mon enfance. Maintenant que je vis en Occident et que j’ai une famille et un métier impliquant beaucoup de responsabilités, je puise l’essentiel de ma force et de mon énergie dans la culture spirituelle de mon pays d’origine. Aussi suis-je heureux de savoir qu’il existe des temples Hare Krishna. Ces lieux constituent des oasis spirituelles où nous retrouvons les préceptes et les cérémonies de notre tradition hindoue, dans sa forme authentique.

Je crois qu’il est important que nous, hindous, proclamions haut et fort combien nous souffrons d’entendre qualifier de secte cette tradition millénaire. Le christianisme n’est pas du tout traité de cette façon en Inde; la tolérance est l’un des commandements suprêmes de l’hindouisme. Dans le cas de la religion de Krishna, le fait de surmonter les malentendus et les confusions n’est vraisemblablement qu’une question de temps…mais l’on finira bien par reconnaître la valeur réelle de cette tradition.”

Arum K. Thakur, Président de l’Association Hindoue, Zurich, 1988-1991.

“Ce livre, la Bhagavad-gita telle qu’elle est de A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada, magnifiquement présenté, est d’une valeur inestimable, car l’Occident connaît mal ce courant majeur de l’hindouisme… On ne peut donc que recommander vivement la lecture de cet ouvrage à tous égards d’être tenue pour considérable.”

Jean Varenne, Indianiste et professeur de sanskrit, Université d’Aix-en-Provence.

Samadhi de Rupa Goswami à Vrindavan

Samadhi de Rupa Goswami à Vrindavan

“Le Mouvement pour la Conscience de Krishna prend sa source dans la longue tradition dévotionnelle hindoue baptisée Bhakti, et qui signifie la dévotion ou l’amour pour Dieu. Certains ont opposé au mouvement Hare Krishna l’étiquette de “secte” et remis en question son authenticité. C’est là un triste et déplorable témoignage de notre isolement culturel. Cette tradition religieuse exige une place respectable dans la vie spirituelle de l’homme. Elle ne doit en aucun cas être discréditée ou dépréciée par l’appellation de “secte”, et la dignité de son héritage et de son histoire unique ne doit pas non plus être rabaissée par la confusion de ceux qui voudraient, sans discrimination aucune et d’un simple geste, l’identifier à l’une des trop nombreuses sectes d’aujourd’hui si populaires.”

Docteur Diana Eck, professeur d’histoire des religions, Université de Harvard, USA.

“Il est précieux, pour le public français, de posséder la Bhagavad-gita, ce livre regarde comme sacré par les sages de l’Inde, éclairé par l’exégèse de A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada, maître prestigieux, héritier d’une haute tradition.”

Lanza del Vasto, Ecrivain.

“Si l’ascétisme et l’idéal des apôtres que forme la Bhagavad-gita telle qu’elle est étaient plus répandus et plus respectés, ils transformeraient le monde où nous vivons en un monde meilleur, plus fraternel.”

Paul Lessourd, professeur honoraire de l’Université de Catholique de Paris.