La connaissance des Védas, texte sacré de l'Hindouisme, comprend la connaissance de la personnalité de Dieu, de Son royaume, de Ses associés, de Ses activités, de Ses énergies notamment parmi d'innombrables sujets...

La connaissance des Védas aux Editions des 3 Monts

Par Vraja sundar das. http://www.omvaisnava.com

Chers vaisnavas et vaisnavis. Voici une bonne nouvelle, le premier livre de Vrajasundar das est édité par la maison d’Edition les Trois Monts.

Voici le lien :
http://www.editions3monts.eu/f/index.php?sp=liv&livre_id=100

Ce livre est distribué dès aujourd’hui en France, en Belgique et en Suisse.
Vous pouvez en commander à la Congrégation de l’OMV pour la modeste somme de 11 € avec les frais de port inclus, au lieux de 14 € en librairie.
Merci pour votre encouragement.

Voici un extrait:

« Il existe une connaissance originelle qui a pour nom « Véda ». On la dit « apauruñeya» car bien qu’elle vienne en ce monde, elle n’est pas de ce monde, car elle est éternelle. En effet, selon les Védas, le monde matériel que nous habitons est créé et détruit dans un cycle sans fin, de la même manière qu’un être vivant est conçu, se développe, naît, atteint la maturité, vieillit et meurt.

Tout en ce monde a un début et une fin, et tous les êtres vivants se meuvent selon la connaissance, la conscience qu’ils ont acquises. Or, cette connaissance qui imprègne les entités vivantes n’a pas de début, elle semble avoir une origine, puisqu’ici tout est imprégné par le temps. Personne ne peut concevoir quelque chose sans la notion du temps. Mais de la même manière qu’en remontant notre arbre généalogique nous arrivons à cette conclusion qu’il y a eu un père et une mère à l’origine de notre naissance, nous pouvons comprendre qu’il y a une personne à l’origine de la connaissance. Ce qui semble étrange, c’est que peu de gens en ce monde aient conscience de ces faits. C’est pourquoi, sans approcher la connaissance des Védas qui nous permet de remonter à l’origine des temps, nous ne pourrons comprendre ce qui maintient tous les êtres et pourquoi toutes les choses ici-bas, bien qu’éternelles, semblent prendre naissance et mourir. Mais la notion de connaissance éternelle ne peut se rapporter à notre environnement actuel, car il est en constante mutation ; tant de civilisations, tant de villes, tant de familles ne sont plus, et sont maintenant oubliées. Pour comprendre ceci, les Védas prennent l’exemple d’un feu et d’une braise.

Tant que la braise reste au contact du feu, elle garde sa combustion, mais lorsqu’elle en est séparée, elle s’éteint. De la même manière, l’être vivant qui devient séparé de Celui qui lui a donné cette connaissance originelle, perd sa conscience dans l’éternité et revêt une conscience matérielle imprégnée de la naissance, de la maladie, de la vieillesse et de la mort. Il n’agit alors plus dans la conscience d’une vie pleine d’éternité, de connaissance et de félicité. Or, cette même personne qui est à l’origine de cette connaissance est, selon celle-ci, à la source de toute chose. Elle est donc Suprême puisque tout émane d’Elle. Elle est illimitée ou ananta. Certains l’appellent Dieu, d’autres la Vérité Absolue, puisqu’Elle est comme un brasier gigantesque, et nous, étincelle spirituelle, nous trouvons notre source et notre force en Elle.

Toutefois, cette Vérité ne saurait être Absolue si Elle n’avait la faculté de venir en aide à ceux qui se sont coupés d’Elle, et nous, étincelle spirituelle infinitésimale, nous n’aurions pas besoin d’aide si nous n’étions pas faillible. C’est pourquoi, par une compassion sans égale, le Suprême a originellement donné aux êtres vivants la connaissance des Védas, cette connaissance qui permet aux âmes spirituelles d’être connectées avec Lui. Ceci, dans le but qu’ils puissent rectifier, par cette connaissance, leur mentalité négative qui les empêche d’être situés dans la relation d’amour pur qui les relie éternellement à Lui et de revenir ainsi pour toujours auprès de Lui. Les Védas sont, à cette fin, divisés en trois sections : la voie de l’action intéressée (karma-kanda), la voie de la connaissance (jnana-kanda) et la voie du service de dévotion (upasana-kanda).

Ces trois voies sont comme différentes marches qui mènent graduellement l’être vivant au but ultime de la vie, en l’introduisant à l’amour pur qui seul, donne à une personne de connaître sa relation éternelle avec la Vérité Absolue et d’agir parfaitement en ce monde. »